|

    • fr
  • YANNICK BESTAVEN 2020 IMOCA MAITRE COQ

    #VG20 – JOUR 19 – Quatrième aux portes des Quarantièmes…

    Passé quatrième au classement hier au soir, Yannick laissait éclater son contentement ce matin au téléphone auprès de son équipe, se remémorant qu’il y a peu l’étrave de Maître CoQ IV pointait en dixième position. « Très heureux d’être à cette position de 4ème . Même si je garde un œil sur Louis Burton ( Bureau Vallée 2) et Sam Davies (Initiatives-Cœur) et que je me méfie de Seb Simon (Arkea -Paprec). Mais, « Carpe Diem » comme me dit ma compagne, Claire. De la 10ème place, je suis remonté petit à petit. Je suis super content. Ça navigue bien et propre. »

     

    Le skipper Rochelais a pas mal manoeuvré en début de nuit dernière : « Le vent est bien rentré hier soir, un peu plus que prévu même. Très bon signe !  J’ai réalisé plusieurs empannages, en début de soirée devant Kevin Escoffier ( PRB) afin de bien me recaler. Puis, ça a été un long bord sous gennaker, un peu surtoilé parfois, il fallait faire attention.  Dès que j’ai eu confiance en tout, je me suis mis dans un rythme de siestes avec mes réveils toutes les heures en deuxième partie de nuit. Tout va donc très bien ! »

     

    Cap à l’Est enfin, Maître COQ IV évolue dans un vent de nord-Ouest de 14 nœuds environ : « Actuellement, je suis sous grand-voile haute, J3 et grand gennaker, je ne peux pas être plus toilé ! La mer est plate, ça passe bien. Mais il va falloir que j’adapte ma voilure dans la journée pour anticiper le front qui arrive. »

     

    Objectif à court terme pour le skipper défendant les couleurs du « Volailler Inspiré » : aller vite en avant de cette dépression qui arrive par l’Ouest afin de ne pas se faire happer trop vite par ce front froid, derrière lequel la mer sera désorganisée et les conditions plus rudes…

     

    Par 37°, Yannick n’évolue pas encore dans les Quarantième Rugissants, mais ça ne saurait tarder : « On va bientôt rentrer dans le vif du sujet. Le gros dossier du Vendée Globe est devant nous. Je ne m’enflamme donc pas trop car je ne sais pas à quelle sauce on va être mangé. Je ne connais pas les nouvelles contraintes à venir. Ce que j’imagine c’est qu’il va falloir bien doser entre attaquer et lever le pied. Bien anticiper et gérer les rafales. La consigne sera ne pas se mettre dans le rouge. »

     

    Nouveau départ à l’entrée des mers du Sud pour Yannick et son groupe !  Entre sagesse et attaque, il va falloir savoir mettre le curseur au bon endroit…

    Classement et cartographie