|

    • fr
  • Yannick Bestaven Noël

    #VG 20 – Jour 48 – La trêve des confiseurs n’aura pas lieu !

    Depuis 1875, pas de questions irritantes traitées, pas de trouble dans l’esprit public, et même on se sépare et on part en vacances afin de vivre en paix, tranquille entre Noël et le jour de la nouvelle année… Cette douce période est traditionnellement appelée la trêve des confiseurs… Et bien, Mère Nature, seule autorité incontestable, en a décidé autrement sur cette 9ème édition du Vendée Globe : pas de répit pour les marins solitaires qui doivent s’activer encore et encore, se gratter les méninges face à un anticyclone Pacifique ou une dépression… Yannick qui analyse des fichiers parfois contradictoires, fait confiance à son bon sens marin acquis tout au long de ses 22 années d’expérience en course au large. Le skipper Rochelais joue avec ce qu’il a sur le plan d’eau, saisit la moindre opportunité et tire tout le potentiel de son fidèle navire, fiable et polyvalent, le Maître CoQ IV, né un jour de 2015, premier foiler…

    Le skipper Maître CoQ est allé chercher au Nord la dépression et redescend au près vers la zone d’exclusion des glaces. Dans un message à son équipe en fin de journée, Yannick indiquait évoluer au près, dans un couloir de vent d’Est : « Le vent a molli. J’ai renvoyé un ris. On avance à 11 nœuds pour 20 nœuds de vent. Je devrais continuer ce bord jusqu’à demain dimanche. »

    Ce véritable gymkhana en plein Pacifique, franchement, après près 17000 milles au compteur, Yannick s’en serait bien passé. Ça tire sur l’organisme. Il faut attaquer tout en préservant l’homme et sa machine. « Les prochains jours vont être musclés ». Yannick s’y est préparé…